artiste autogéré

sweet city

 

When we walk down the streets of a city we don’t know, we just try not to think of what comes tomorrow. On s’laisse aller à la p’tite aventure du jour. On s’laisse parler jusqu’à ce que nos yeux soient trop lourds. When we walk down the streets of a city we love on the first sight, we feel like victorious knights, blessed by their gods for being alive. On avance en toute confiance, no need to talk too loud. Le moindre trottoir nous sourie comme une chance. Les panneaux de signalisation esquissent une danse de bienvenue. Les yeux tournés vers… anywhere… La vue brouillée, en même temps si claire. C’est comme ça quand on marche, quand on marche à travers la ville vierge.

When we walk down…

Then, what’s up ? what’s down ? what’s coming now ? où sont les obstacles ? On imagine mal se faire braquer alors qu’on rêvasse. La ville à découvrir, la tienne aujourd’hui, a de ces instants de grâce qui n’appartiennent qu’à ceux qui la dévisagent pour la première fois. I should probably learn the law. Je vois d’ici le spectacle vu d’en haut. Who’s this guy who follows a path he don’t know… et quelle est cette ombre si paisible qui brunit sa peau

When we walk down…

Je connais ton nom, sweet city. On m’a un peu parlé de toi mais, we gotta talk now, we gotta let each other know, our bright sides for sure and the darker below. We gotta show what we can do. I’m gonna slow down just for you. On s’regarde une seconde et puis on s’pend à ton cou, sans réfléchir, juste pour rire encore de tout. Parce que tes bras étaient ouverts et que tes murs ont le bon goût de se permettre des couleurs inconnues par chez nous. Sweet city, une vie de plus qu’on aurait pu vivre. Après tout rien ne nous l’interdit. Alors j’en croque encore un bout, en quelques vers, du bout des doigts. Who cares ? And who will say we shouldn’t have ?

En quelques foulées, du bout des pieds, j’en ferai le tour.

Sweet city, inconnue, mon amour…

Publicités